CRISE FINANCIERE – L’ETERNEL RETOUR, OU L’ETERNEL POUVOIR DERRIERE LE TRÔNE!

Lié avec LES ENFANTS DU NOUVEL ORDRE SOCIAL.

Publié dans MAVERICK, par Gilles de Gramont, 5 Mai 2009.

… Soit nos reporters ne connaissent pas l’Histoire, soit ils n’en tiennent pas compte, soit, en l’occurrence, ils ont reçu l’ordre de ne pas y faire référence …

… Dans un communiqué de presse, au lendemain du sommet du G20 de 2009, un projet de remplacement du dollar américain, en tant qu’unité de réserve monétaire mondiale, était annoncé.

Le point 19 du communiqué précise: Nous nous sommes mis d’accord pour recommander l’ injection de quelque 250 milliards dans l’économie mondiale afin d’en augmenter les liquidités.

L’apport se fera sous la forme d’une unité monétaire synthétique appelée SDR (Special Drawing Rights – Droit de retrait spécial) émis par le Fonds Monétaire International.

A ce même propos, le journal britannique Telegraph CO UK, précisait: 

  • Les dirigeants du G20 ont usé de l’autorité que leur confère le Fonds Monétaire International de créer de l’argent, afin de faciliter globalement sa circulation. Ce qui revient à mettre en circulation une unité monétaire mondiale. Celle-ci demeurant hors du contrôle de tout Etat souverain.
  • Voilà qui accrédite singulièrement les arguments sur la puissance des banques centrales évoquée tout au long de notre article!
  • Bien évidemment, si les trains ne déraillaient jamais, personne ne pourrait vendre d’assurances tous risques. En l’occurrence on les fait dérailler sur commande, mettant ainsi les compagnies de chemin de fer en faillite. Il ne reste alors plus qu’à monopoliser les transports en commun!

Pour simpliste qu’elle soit, cette image nous en dit plus sur les crises que des tonnes de verbiages sur les subtilités des échanges boursiers!

Le même article poursuit en déclarant
:

  • Une unité monétaire mondiale est maintenant à disposition. En temps utile, les SDR vont vraisemblablement évoluer dans une réserve de banques centrales, dirigées par la Banque populaire de Chine. La création d’un Conseil de stabilité financière semble être la première étape en direction d’un régulateur financier globalisé. Autrement dit une banque centrale globale!
  • Mises en place en ce temps de crise, ces « solutions » font cependant partie des plans de l’élite financière mondiale depuis très longtemps.
  • De manière exhaustive, l’article passe ensuite en revue le cheminement exact qui a permis une éventualité aussi audacieuse, sans que le grand public ne s’en rende compte ni même ne le soupçonne.

Le phoenix:

En 1988, le journal anglais, The Economist faisait paraître un article intitulé Soyez prêts pour le phoenix, dont voici un extrait:

  • Dans une trentaine d’années, Americains, Japonais, Européens, et les citoyens de bien d’autres pays riches et pauvres, feront probablement leurs achats au moyen de la même unité monétaire.
  • Les prix ne seront plus indiqués en dollars, en yens ou en deutsch marks, mais peut- être en phoenix. Celui-ci sera privilégié par les sociétés et les consommateurs parce que plus pratique que les monnaies nationales d’aujourd’hui. D’ici là elles feront figure de vieilles reliques, réminiscentes des disputes et des problèmes de la vie économique de la fin du vingtième siècle.

De manière surprenante, l’article précise que:

  • Quelques graves problèmes de bourse et quelques crises financières supplémentaires seront sans doute nécessaires avant que les politiciens se décident à faire ce choix. Ce qui indique qu’une séquence de turbulence alternant des périodes d’urgence, suivies de réparations, va s’étendre bien au-delà de 2018, mis à part deux choses.
  • A mesure que le temps passe, les dégâts causés par l’instabilité financière vont graduellement augmenter. Et c’est précisément cette tendance qui rendra l’utopie d’une telle union monétaire réalisable.

Plus loin l’article déclare:

  • La zone du phoenix imposera de sévères contraintes sur les gouvernements. Par exemple, il n’y aura plus de politique financière nationale.
  • L’approvisionnement mondial en phoenix sera fixé par une nouvelle banque centrale, dérivée sans doute du Fonds Monétaire International. Le degré d’inflation mondial – et dans une mesure très restreinte, toute inflation nationale, seront à sa charge.
  • Chaque pays pourra utiliser l’argent des taxes et la dépense publique afin de compenser un déficit temporaire, mais il devra emprunter plutôt qu’imprimer de l’argent afin de financer ses pertes budgétaires.
  • L’auteur admet que: Cela signifie une grosse perte en termes de souveraineté économique, mais la tendance qui rend le phoenix si attrayant annulle cette souveraineté quoi qu’il en soit.
  • L’article conclut en déclarant : Le phoenix va probablement commencer en tant que cocktail d’unités monétaires nationales, tout comme aujourd’hui avec le SDR ( Special Drawing Rights – Droit de retrait spécial). Par la suite, sa valeur comparée aux unites monétaires nationales n’aura plus d’importance parce que les gens le choisiront en raison de son aspect pratique et pour la stabilité de son pouvoir d’achat.
  • Attendez-vous à l’avènement du phoenix aux environs de 2018, et faites-lui bon accueil!

A qui profite le crime? … (voir le reste de tout ce long article).

Comments are closed.