Vichy, Argent et zyklon B en 1940-44

Linked with Annie Lacroix-Riz – France, and with Axis for Peace 2005, and with … Radio France Culture de Février 2004.

Le titre complet est ‘Les industriels et financiers français sous Vichy, Argent et zyklon B – la revue d’un ministère censure une historienne’, par Gilles Smadja (reproduction interdite).

C’est l’histoire d’une censure. La censure d’une historienne. Une femme de 49 ans, normalienne à 19, agrégée à 22, thésarde à 34. Annie Lacroix-Riz est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse. C’est son histoire. Celle d’une censure dans ‘Etudes et Documents’, revue annuelle du ministère de l’Economie et des Finances. Lequel délègue le pilotage de cette revue à un comité d’histoire. Lequel comité fonctionne avec deux commissions. L’une est administrative. L’autre, constituée d’historiens et d’économistes, décide de la publication des textes. Le champ de recherche investi inclut la période 1940-1944. ‘La plus délicate’, dit-on au comité … / …

… / … Elle n’a donc rien dit publiquement. A peine s’en est-elle ouverte discrètement à des historiens qu’elle estime. C’est ainsi que son texte est parvenu aux Editions La Découverte. François Gèze l’a lu. ‘Nous avons renoncé à le publier, nous explique-t-il, pour des raisons trivialement commerciales, mais également parce que son caractère très universitaire n’aurait pas permis d’atteindre un large public, alors que le sujet le mérite. Cela dit, ce travail est intéressant, il apporte beaucoup de choses originales, et ce qu’a subi son auteur n’est pas acceptable. D’autant plus qu’il existe un véritable retard de l’historiographie française sur cette période. Et c’est encore pire sur la guerre d’Algérie.’ Pour rompre le silence, le déclic est venu de la fac. Deux lettres dans son casier en juillet dernier. Expéditeurs anonymes, simple mention ‘Shoah business’ sur une enveloppe. A l’intérieur, insultes et menaces en guise de réponse à son article sur ‘l’Eglise et les juifs’, paru très récemment dans ‘Golias’, un magazine qui revendique un catholicisme très à gauche. A l’intérieur encore, la reprise d’un texte du révisionniste Faurisson, dédié à ‘Annie Lacroix-Riz, qui voudrait nous faire croire que les prétendues chambres à gaz ne sont pas un mensonge hollywoodien, une formidable arnaque juive qui a besoin d’une loi Gayssot pour se maintenir…’

C’était trop. Alors elle a décidé de tout dire. (Lisez ce long article sur ‘les pages personelles de Michel Fingerhut‘).

Comments are closed.