Près de 6 pour cent de camerounaises exposées aux mutilations génitales féminines

Publié on Afrique Avenir, le 5 février 2011.

APA – Douala (Cameroun) Près de 6 pour cent de la population féminine du Cameroun, soit à peu près six cent mille personnes sont victimes des mutilations génitales féminines (MGF) d’après une récente étude du ministère de la Promotion de la femme et de la Famille (MINPROFF) … //

… Une situation qui entraîne des conséquences psychologiques, physiques et sanitaires et sociales pour les victimes, car d’après des informations concordantes, il arrive parfois que l’on enregistre des morts lors des séances de mutilations qui se passent dans des conditions sanitaires déplorables.

Certaines pratiques culturelles seraient la cause des mutilations génitales féminines, d’où la grande difficulté pour venir à bout de cette pratique, notamment dans la partie septentrionale du Cameroun à majorité musulmane et animiste, où l’instruction de la jeune fille demeure encore un véritable problème de société.

Le Cameroun s’est engagé activement à lutter contre les MGF ces trois dernières décennies en adoptant notamment un plan national d’action contre les MGF en 1999 en signant les principaux traités et conventions internationaux sur les droits des femmes et des enfants même si le Code pénal camerounais n’interdit pas cette pratique. (texte entier).

Comments are closed.