La nouvelle Constitution Somalienne bannit les mutilations sexuelles

Publié dans SlateAfrique, par Anne Collet, août 2012.

L’Assemblée constituante somalienne a adopté le 31 juillet une Constitution provisoire entrée immédiatement en vigueur mais qui ne sera définitive qu’ après avoir été soumise à référendum. Parmi les articles adoptés, l’interdiction des mutilations génitales féminines (MGF) figure en bonne place.  

Le texte provisoire de la Constitution indique en effet que « la circoncision des filles est une pratique coutumière cruelle et dégradante qui s’apparente à de la torture. La circoncision des filles est interdite ». En Somalie, 96% de la population féminine a subi la forme la plus radicale et la plus atroce de mutilations sexuelles, l’infibulation.

Une loi ne suffira sans doute pas pour changer les mentalités, mais cette loi est un premier pas bien accueilli par les activistes anti MGF et les défenseurs des droits des femmes qui restent toutefois sceptiques quant à son application. Ils craignent qu’il ne s’agisse que d’une déclaration de bonne intention et ne se font pas d’illusion : l’éradication de l’infibulation n’est pas pour demain. Si la loi est appliquée, le risque est grand que les pratiques se poursuivent clandestinement.

Le texte qui a été adopté ne fait pas l’unanimité. De nombreuses voix s’y opposent déjà, indique le site d’information des Nations Unies Irin. Du côté des femmes on sait qu’il est très difficile pour ne pas dire impossible de trouver un mari sans être mutilée. «Un vrai Somalien n’épousera jamais une fille non circoncise », est une réalité. Beaucoup, hommes et femmes, croient en outre que l’infibulation est une prescription de l’islam qui rend les femmes pures et réduit leur libido. Il s’agit en fait d’une coutume très ancienne connue depuis plus de 3000 ans, donc très antérieure à l’islam, dont l’objectif est l’inhibition du désir sexuel des femmes.

Pourtant il est reconnu que l’infibulation a des conséquences particulièrement néfastes pour les femmes qui l’ont subie. Pertes de sang, infections et infertilité sont leur lot commun, sans compter les hémorragies post-partum et les mortalités néo-natales ainsi que les conséquences terribles sur leur psychisme.

A ce sujet, des chercheurs allemands ont publié une étude menée sur des filles circoncises du Kurdistan irakien. En les comparant à des filles non mutilées, ils ont observé que les filles du premier groupe étaient beaucoup plus sujettes que les non mutilées à des troubles psychiques graves et aux maladies psychiatriques.

Que faire alors pour que la nouvelle loi soit respectée ? … (le texte en entier).

Liens:

L’excision;

Non, la femme ne sera pas le complément de l’homme;

L’école soumise à la charia au Nord Mali;

Former des ambassadrices de la paix en Afrique et dans le monde.

Comments are closed.